add share buttons

Entreprenariat : 18 jeunes talents participent au Falling Walls Lab de Dakar

Dans le but d’encourager les jeunes à l’esprit d’entreprises, tout en les connectant dans un cadre innovant pouvant permettre de découvrir et développer de jeunes talents, 18 candidats sénégalais participent au concours de la Fondation Friedrich Naumann. Dénommé « Falling Walls Lab », cette compétition qui est en 6ème édition vise à encourager les jeunes talents dans leur propre business.

 

Ils sont 18 candidats à participer à cette compétition dénommée « Falling Walls Lab » et initiée par la Fondation Friedrich Naumann et l’Institut supérieur de management (Ism) en collaboration avec la Sonatel et l’Esp. Ce concours dont le gagnant va représenter le Sénégal à Berlin en novembre prochain, vise à encourager les jeunes à l’esprit d’entreprise, de les connecter dans un cadre innovant, tout en découvrant et en développant de jeunes talents et d’encourager le dialogue interdisciplinaire. Selon Jo Holden, Directeur Afrique de l’Ouest de la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté, cette compétition qui aura lieu dans la capitale économique allemande (Berlin), verra la participation de jeunes talents venus de 180 pays du monde et seront pris en charge par la Fondation. « Cette 6ème édition de Dakar, vise à encourager les jeunes talents qui ont des idées pour faire leur propre business », a-t-il expliqué. Selon lui, ces jeunes seront supervisés par un jury indépendant avec un catalogue de critères qui consistent à faire des vérifications si le projet est réalisable avec un esprit innovateur, finançable, s’il a une contribution positive à la société et à l’environnement. « Ces critères seront appliqués par le jury et jugés de façon neutre », précise-t-il. Parlant d’un éventuel financement de projets de jeunes, ce dernier d’affirmer : « Notre objectif ce n’est pas de financer des projets ». Mais, révèle ce dernier, « si un projet est une fois réalisé, nous sommes prêts à nouer des contacts avec des organisations qui seront prêtes à le financer ».

Pour Ndeye Madjiguéne Fall, Cio de la Start Up « Lexel », une Start Up de transformation agroalimentaire qui participe à la 6ème édition de ce Falling Walls Lab qui se tient à Dakar, a profité de cet événement pour définir son objectif. Il s’agit, dit-elle, « de briser les murs de la carence alimentaire ». Selon elle, le projet a déjà commencé avec la production de yaourt. Cependant, son idée principale, explique Madjiguéne Fall, c’est de « profiter des produits naturels que nous avons au Sénégal qui sont négligés et qui peuvent servir de  solutions aux carences alimentaires ». Comme beaucoup de nos populations souffrent d’anémie et de carences alimentaires dans ce pays, cette dernière de faire savoir que ces ressources naturelles non exploitées, non transformées, sont aujourd’hui des solutions à ces carences. Durant sa présentation, elle a donné l’exemple du « Ndire » qui une ressource naturelle qui aujourd’hui devrait être valorisée pour pouvoir résoudre les carences alimentaires. « Sa valorisation servirait non seulement le Sénégal, l’Afrique, mais également le monde. Revenant sur cette compétition, elle a indiqué qu’elle permet de tisser des liens, de faire en sorte que beaucoup d’interconnexions se créent. « Nous voyons des complémentarités à travers ces projets. Ce qui nous permet de mieux préciser nos business modèles, nos objectifs, mais également à être un peu plus objectif dans la réalisation », conclut-elle. Les exposés doivent se faire en 3 minutes, sur le « modèle ascenseur » avec un équilibre linguistique entre le français et l’anglais qui doit être respecté, même si souvent ce n’es pas facile.

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *