add share buttons

Sécurité alimentaire : Une plateforme web mise en place pour mieux répondre aux besoins des acteurs

Le gouvernement du Sénégal a fixé de grandes orientations en matière de développement agricole et de sécurité alimentaire dans le Plan Sénégal émergent (PSE), qui à l’horizon 2035, et à moyen terme à travers son plan d’actions prioritaires 2014-2018. Ceci, devrait placer l’économie sénégalaise sur un sentier de croissance élevée et durable de 7% par an. 

 

Dans le but d’approfondir le développement durable dans le secteur agricole et de la sécurité alimentaire au Sénégal, l’Union européenne a octroyé au gouvernement sénégalais, à travers le 11ème Fonds européen de développement (Fed), une subvention pour la mise en œuvre du Projet « Cartographie des indicateurs de performance dans le domaine du développement agricole durable et la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Sénégal (AgriSan) ». D’une valeur de 60 millions d’euros, cette subvention permettra de mettre en place une plateforme web qui va aider non seulement les acteurs, mais tous les décideurs à mieux suivre les différents indicateurs que sont l’agriculture, la pêche, l’élevage, la sécurité alimentaire et nutritionnelle et même la programmation budgétaire. Selon Cécile Tassin Pelzer, cheffe de la Coopération à la Délégation de l’Union européenne, cette approche intégrée et innovante est une « illustration de l’esprit » de la « nouvelle Alliance Afrique-Europe pour les investissements et des emplois durables ». Ce projet porté par le Centre de suivi écologique (Cse), a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la redevabilité  et de la transparence des dépenses publiques ainsi que la performance des actions réalisées dans le domaine de l’agriculture et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans ce pays. Ainsi, au terme de ce projet  des résultats satisfaisants ont été notés à savoir un système participatif de cartographie des indicateurs en place, la mise en œuvre de 123 indicateurs cartographiés dépassant la cible de 50 indicateurs et la diffusion des résultats par cette plateforme qui est fonctionnelle et accessible à tous les  utilisateurs via internet. Maintenant ce qui reste à faire, signale-t-elle, « c’est de relever le défi du maintien du dispositif et des partenariats pour son entretien, la réactualisation périodique des données » et pour leur désagrégation au niveau  de la décentralisation dans la perspective de la territorialisation des politiques publiques exprimées par le gouvernement. « Je lance un appel à l’Etat du Sénégal pour assurer la pérennité de cette plateforme et je vous assure de notre disponibilité à continuer un partenariat dans ce sens, notamment dans le cadre de notre nouvelle appui budgétaire protection sociale », a déclaré la cheffe de Coopération de la Délégation de l’Union européenne au Sénégal.

Pour Amadou Lamine Guissé, Secrétaire général du ministère de l’Environnement  et du Développement Durable, pour éviter toujours de nous répéter, « il est clairement souhaité d’avoir des données fiables, scientifiques, à travers des indicateurs de performance ». Ce qui permettra, précise-t-il, « de dire à nos partenaires et à temps réel nos besoins ». Ce dernier demeure convaincu que le ministère des Finances et l’Union européenne ne ménageront aucun effort pour mettre à la disposition du projet des ressources pouvant permettre non seulement d’intégrer  d’autres indicateurs pertinents, mais également et surtout de garantir sa pérennité et son appropriation par toutes les parties prenantes.

 

Par Idrissa NIASSY/Senpresse.net

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *