add share buttons

Chaude journée du 19 avril: Les lieutenants Khalifistes, la grande déception…

Le régime du président Macky Sall a-t-il réussi à étouffer le Parti socialiste des Valeurs avec la condamnation de son leader Khalifa Ababacar Sall et de Barthélémy Diaz ?  Cette question a toute sa pesanteur aujourd’hui vue l’attitude frileuse constatée chez les leaders qui ont la responsabilité du parti.  En effet, ces pro du maire de Dakar qui ont tenu en tête le régime actuel pendant plusieurs mois à travers des manifestations pour exiger la libération de leur leader, semblent se résigner. La preuve, la chaude journée du 19 avril, où des partis politiques, des mouvements citoyens s’étaient bien distingués dans les manifestations anti parrainage, n’y a  pas été pour les lieutenants Khalifistes. Aucun des lieutenants de Khalifa Sall, n’a été aperçu dans les bouillonnantes manifestation ou du moins mis aux arrêts comme l’ont été faits à Idrissa Seck, Malick Gackou, Abdoul Mbaye, Omar Sarr, Thierno Alassane sall, Thierno Bocoum, Kilifeu, Guy Marius Sagna etc. Certains compatriotes se demandaient même où se trouvait Bamba Fall. Le maire de la Médina encore ses collègues de Grand Yoff, de Fann Point E, des Parcelles Assainies, de Hann, de Dalifort, n’ont pas fait l’actualité à ce jour historique de la marche de notre pays.  Alors que ce journée aurait servi pour ces leaders de marquer un coup tant de la massification de leur parti ou mouvement au sein de l’opposition que leur  position ferme vis-à-vis du régime de Macky Sall. Mais hélas !  Les dakarois regrettent déjà Barthélémy Diaz envoyé en prison pour sa fidélité à son mentor Khalifa Sall le jour de sa lourde condamnation de 5 ans.

Au moment où certains observateurs politico-juridiques martèlent avec force que la loi sur le parrainage vise leur leader Khalifa Sall, Bamba Fall et Cie se font plus désirer sur le terrain de la confrontation.

Khalifa Sall et Barthélémy Diaz au fin fond de leurs cellules respectives à la prison de Rebeuss, vont certainement se sentir très mal de la posture de leurs camarades censés porter le combat pour leur libération.

Par Souleymane SANE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *